LRSV

Partenaires

Logo tutelle
Universite Paul Sabatier
CNRS


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Equipes de recherche > Symbiose mycorhizienne et Signalisation cellulaire > Thèmes de recherche > Thèmes de recherche

Thèmes de recherche

La plupart des plantes s’associent avec des champignons symbiotiques bénéfiques pour leur croissance, les champignons mycorhiziens à arbuscules (MA). Cette interaction très répandue implique des échanges de nutriments via des structures spécialisées produites par le champignon dans les cellules corticales des racines, appelées arbuscules. En échange de sucres fournis par la plante, le champignon apporte à sa plante hôte de l’eau et des minéraux, améliorant ainsi sa nutrition et sa croissance.

Notre objectif principal est d’étudier les mécanismes cellulaires et moléculaires impliqués dans la mise en place de cette symbiose : de la germination des spores à la formation des arbuscules. Nous étudions à la fois le partenaire fongique et le partenaire végétal pour obtenir une vision intégrée de ces mécanismes. Nous pensons que l’étude de cette très ancienne symbiose peut nous faire découvrir des mécanismes ancestraux du fonctionnement des plantes et de leurs interactions avec les microorganismes. Nos recherches sont également conduites pour promouvoir l’utilisation des champignons MA en agriculture durable et réduire ainsi les besoins en irrigation et en intrants chimiques.


Projets en cours :

Nous avons contribué à la découverte de signaux moléculaires importants produits par les racines des végétaux, les strigolactones (Besserer et al. 2006 ; 2008 ; Gomez-Roldan et al. 2008) et par les champignons MA, les Myc-LCO/CO (Maillet et al. 2011 ; Genre et al. 2013). Nous étudions plus précisément leurs rôles lors des différentes étapes de la symbiose MA.

Nous cherchons à découvrir de nouveaux facteurs de régulation végétaux et fongiques contrôlant l’établissement et l’homéostasie de la symbiose. À cette fin, nous combinons des approches génétiques, transcriptomiques, micro-transcriptomiques, métabolomiques, moléculaires, cellulaires et biochimiques pour étudier la physiologie des deux partenaires et leur communication moléculaire à différents stades de l’interaction.

Plus précisément nous cherchons à identifier de nouveaux gènes, microARNs, effecteurs protéiques et métabolites, jouant un rôle important dans la symbiose MA.

Enfin, nous contribuons activement à plusieurs projets de R & D avec des partenaires industriels afin d’identifier les traits génétiques des champignons MA qui conditionnent leur efficacité agronomique, de mieux comprendre la dépendance mycorhizienne des plantes, et à terme de promouvoir l’utilisation des champignons MA dans les productions végétales.