LRSV

Partenaires

Logo tutelle
Universite Paul Sabatier
CNRS


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Equipes de recherche > Peroxydases : évolution et expression > Thèmes de recherche > Plasticité de la paroi chez des écotypes pyrénéens d’ A. thaliana

Plasticité de la paroi chez des écotypes pyrénéens d’ A. thaliana

Contact : mail to Christophe DUNAND, mail to harold DURUFLE et mail to Philippe RANOCHA (Peroxidases : evolution and expression team)
mail to Vincent BURLAT et mail to Elisabeth JAMET (Cell wall proteins and Development team)

Context
Le réchauffement climatique constitue une problématique d’actualité très préoccupante en raison de ses effets potentiels sur la biodiversité et le secteur agricole. Mieux comprendre l’adaptation des plantes face à ce phénomène récent représente donc un intérêt majeur pour la science et la société. Les acteurs moléculaires de l’adaptation des plantes au climat sont peu connus. Les parois des cellules végétales représentent une barrière externe sensible aux changements environnementaux. Leur structure et leur composition peuvent être modifiées.

PNG - 470.5 ko

Objectifs
Les objectifs de ce projet sont d’évaluer les réponses d’Arabidopsis thaliana face au réchauffement climatique par une approche intégrative innovante alliant l’écologie, la génétique, les technologies omiques et des données de phénotypages. Pour relier ces résultats à une problématique de réchauffement climatique, ces analyses ont porté sur des populations naturelles provenant d’altitudes contrastées des Pyrénées
Une approche intégrative n’est possible que lorsque des données aussi différentes que des données d’expression de gènes et de protéines, des données de météo ou des analyses phénotypiques sont produite. Des verrous expérimentaux et analytiques rencontrés et inhérents aux traitements de données hétérogènes ont dû être levés (Hervé et al, 2016 ; Duruflé et al, 2017a).
Les analyses génétique et phénotypique ont été réalisées sur les nouvelles populations identifiées et récoltées dans les Pyrénées (Duruflé et al, 2017b). De plus, les liens entre génétique, origine climatique et spécificité phénotypique mettront en évidence la distribution et la variabilité naturelle des populations pyrénéennes.
Deux études intégratives de données omiques sur la thématique de la plasticité pariétale soumise à des conditions de températures optimales et sub-optimales ont été initiées. La première étudie des rosettes de deux écotypes connus provenant de conditions de croissances contrastées (Duruflé et al, 2017b). La deuxième étude en cours est focalisées sur une sélection de quatre populations pyrénéennes.
En générant et en combinant des données écologiques, biochimiques, métabolomiques et génomiques, le projet WallOmics vise à comprendre les bases moléculaires des modifications des parois face au changement climatique par l’analyse de populations pyrénéennes d’A. thaliana provenant d’altitudes contrastées.