LRSV

Partenaires

Logo tutelle
Universite Paul Sabatier
CNRS


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Equipes de recherche > Immunité Végétale et Effecteurs > Thèmes de recherche > Nouveaux stimulateurs des défenses naturelles et applications agronomiques

Nouveaux stimulateurs des défenses naturelles et applications agronomiques

Contact : mail to Bernard DUMAS

L’accroissement spectaculaire de la production agricole au XXème siècle a été rendu possible grâce à plusieurs évolutions remarquables des pratiques culturales - intensification et mécanisation - développement de l’agrochimie - sélection génétique. Cette évolution des pratiques agricoles productivistes génère cependant de nombreux effets néfastes pour la gestion des maladies (apparition de résistance) et l’environnement (pesticides, nitrates, phosphates, …). C’est ainsi qu’est apparue la nécessité du développement de pratiques plus respectueuses de l’environnement et préservant la qualité des sols, mais aussi répondant aux exigences de sécurité alimentaire des consommateurs

L’équipe développe plusieurs projets de recherche fondamentale visant à décrypter les mécanismes moléculaires à la base de la reconnaissance des microorganismes pathogènes par les plantes. Les résultats obtenus ont été mis à profit ces dernières années pour identifier de nouveaux produits éliciteurs en collaboration avec différentes entreprises. L’expertise et le savoir-faire de l’équipe ont été appliqués pour mettre au point des tests de criblage haut-débit et des techniques de génomiques visant à définir le mode d’action de produits phytoactifs.

JPEG - 145.8 ko
Ulvan, un nouvel inducteur de l’immunité végétale
Un extrait capable d’activer des réponses immunitaires a été identifié à partir d’algues vertes (Ulva sp.). Le fractionnement moléculaire de cet extrait a conduit à l’identification d’un polysaccharide sulfaté de haut-poids moléculaire appelé ulvan comme étant la molécule active. Le mode d’action de cette molécule sur la voir de signalisation dépendante du jasmonate a été caractérisé par une approche de génomique fonctionnelle (microarrays).